Maurice Delafosse, Haut-Sénégal-Niger, I, III, p. 211-212, Islamophobies et Islamophilies coloniales, 1912 n-è

Pris en bloc, l’état d’esprit des musulmans du Haut-Sénégal-Niger ne paraît pas opposé à notre civilisation si certains partis nous ont fait de l’opposition, ce n’est pas parce que nous sommes une nation chrétienne, mais simplement parce que notre action a menacé … Continue reading

A. QUELLIEN, La Politique Musulmane dans l’AOF, II-1, « Islamophobie », 1910 n-è

Ce qui fortifie singulièrement le sentiment d’hostilité et de prévention à l’égard de l’Islam, c’est que, dans ces dernières années, les Européens ont eu très souvent pour adversaires des peuples islamisés qui les ont obligés à des luttes longues, pénibles et coûteuses. L’erreur vient de ce que l’on reporte la cause de ces guerres uniquement à l’Islam. [...]
« Les États nègres organisés, qu’ils soient musulmans ou fétichistes, ont pour la plupart opposé une résistance plus ou moins longue à l’envahissement des peuples européens. Il serait absolument injuste de prêter aux uns plutôt qu’aux autres d’autres sentiments que ceux dont nous serions animés nous-mêmes, si notre existence politique était menacée (Binger). » [...]
La différence qu’il y a entre l’esclave et le maître, c’est que le premier travaille alors que le second ne fait rien. Mais il y a certainement moins d’écart et surtout moins d’antagonisme entre cet esclave et son maître qu’entre le pauvre et lé riche en Europe, qu’entre l’ouvrier d’usine et son patron. Il est probable que l’esclave noir préférerait sa condition et sa situation à celles qui sont réservées à ceux qu’on a appelés « les esclaves blancs ».
Continue reading

Elisée Reclus, IV, 10, Expansion et reflux de l'Islam contemporain, 1905 n-è

Pourquoi des centaines de millions de mahométans qui sont eu contact avec la civilisation européenne lui restent ils refractaires, même hostiles ? [...] Les maîtres en civilisation se présentent réellement en supérieurs, se disant et se croyant tels : leur attitude est blessante, et par conséquent elle est repoussée avec une politesse apparente ou une indifférence feinte, mais avec une réelle indignation. Ce sont précisément ceux qui se proclament les instituteurs par excellence, c’est-à-dire les missionnaires, les religieux, les maîtres d’école, appartenant à telle ou telle confession chrétienne, ce sont ceux là que les musulmans voient venir tout d’abord au-devant d’eux ! Continue reading

Traités Louis XVIII/Trarza( ‘Amr b. Mukhtar)/Walo, 1819, 1821, 1826

Traité du 15 novembre 1819 : Hamdoul Koury, fils d’Aly Koury, héritier légitime de la couronne des Trarzas, et d’Aly Koury, héritier légitime de la couronne des Trarzas, d’une part. Et les chefs du pays de Walo ci-après nommés, Fatim Iamor, Aho femme de Brack, Irim Bagim Briock, prince héréditaire, Maghiao Kor, N’ghioudin, chef militaire … Continue reading

M. Park, Récit du Jihad mené par Abd al-Qadir, Almâmî du Fûtale Toro contre le Damel du Jolof, 1799

Le soir, nous gagnâmes Malacotta, où nous fûmes bien reçus ; c’est une ville non murée ; les huttes, pour la plupart, sont faites d’éclisses de cannes entrelacées à peu près comme un ouvrage de vannerie et recouvertes de boue. Nous passâmes … Continue reading

M. Park, Instruction Publique au Manding, de l’opportunité de l’expansion de la science chrétienne, 1799

Le maître d’école, aux soins duquel Karfa m’avait confié pour le temps de son absence, était un homme doux, paisible, et dont les manières étaient affables ; il s’appelait Fankouma et, quoique fort strictement attaché à la religion de Mahomet, il … Continue reading

Mungo Park, Rapport des marchands sur le pays du Moyen-Niger : Jenné, Massina, Jinbala, Tombouctou, Gao (Houssa) et les royaumes voltaïques, 1799

A deux petites journées de marche à l’est de Silla est la ville de Jenné, qui est située sur une petite île du fleuve et qui contient, dit-on, plus d’habitants que Sego et même qu’aucune autre ville du Bambara. A … Continue reading

Mungo Park, A Sansanding : les maures, les juifs, le shérif du Touat, les oeufs, “le sâfî d’un blanc est meilleur que celui d’un maure”, 1799

Vers les cinq heures du soir, nous arrivâmes à Sansanding, très grande ville qui contient, me dit-on, de 8 à 10 000 habitants. Ce lieu est très fréquenté par les Maures, qui y apportent de Beerou du sel et de … Continue reading