Patrick Russel, Le café des conteurs d’Alep, 1794 n-è

Il récite en marchant de ci de là, au milieu de la salle du café, s’arrêtant seulement de temps en temps quand l’expression nécessite une certaine emphase dans l’attitude. On l’écoute généralement avec grande attention, et, assez fréquemment, au milieu d’une aventure intéressante, quand l’attente du public est montée au plus haut degré, il s’interrompt brusquement, et s’échappe de la pièce en laissant son héros et l’audience dans le plus grand embarras. Continue reading

Ulrich Seetzen, Journal d’Alep, La culture trans-classe des cafés à conteurs, 1804 n-è

Il est en fait frappant à quel point même la classe populaire la plus basse sait réciter par cœur des choses pleines d’esprit. Tous leurs chants respirent d’amour ardent ou de satire mordante, et ils savent présenter sur Harun al Raschid, sur Sleiman, Lockman le Sage, etc. de très belles choses de façon intéressante. [...] Dans ces cafés, on ne rencontre pas seulement la classe populaire moyenne, mais aussi la plus basse, qui, pour une tasse de café qui coûte un Para, passe un après-midi entier là, et peut écouter le conteur aussi bien que le plus riche. Continue reading

Jamal addin al-Afghani, Réponse à Ernest Renan,1883 n-è

En songeant toutefois que la religion chrétienne a précédé de plusieurs siècles dans le monde la religion musulmane, je ne peux pas m’empêcher d’espérer que la société mahométane arrivera un jour à briser ses liens et à marcher résolument dans la voie de la civilisation à l’instar de la société occidentale pour laquelle la foi chrétienne, malgré ses rigueurs et son intolérance, n’a point été un obstacle invincible. Continue reading

Elisée Reclus, IV, 10, Expansion et reflux de l'Islam contemporain, 1905 n-è

Pourquoi des centaines de millions de mahométans qui sont eu contact avec la civilisation européenne lui restent ils refractaires, même hostiles ? [...] Les maîtres en civilisation se présentent réellement en supérieurs, se disant et se croyant tels : leur attitude est blessante, et par conséquent elle est repoussée avec une politesse apparente ou une indifférence feinte, mais avec une réelle indignation. Ce sont précisément ceux qui se proclament les instituteurs par excellence, c’est-à-dire les missionnaires, les religieux, les maîtres d’école, appartenant à telle ou telle confession chrétienne, ce sont ceux là que les musulmans voient venir tout d’abord au-devant d’eux ! Continue reading

Ernest Renan, De la part des peuples sémitiques dans l’histoire de la civilisation, 1862

En reproduisant ce discours, c’est un devoir pour moi d’exprimer ma reconnaissance aux auditeurs bienveillants et éclairés qui m’ont aidé à le prononcer. Avec beaucoup de tact, ils ont compris que c’était ici une question de liberté. Interrompre un ouvrage … Continue reading

Ernest Renan, L’islamisme et la science, 1883

Mesdames et Messieurs, J’ai déjà tant de fois fait l’épreuve de l’attention bienveillante de cet auditoire que j’ai osé choisir, pour le traiter aujourd’hui devant vous, un sujet des plus subtils, rempli de ces distinctions délicates où il faut entrer … Continue reading

R. Edwards, La Syrie, Apologie du Régime Ottoman et de l’Islam, 1862

En vérité, il nous sied bien de reprocher leur intolérance aux Turcs, à nous fils de Français qui, même au seizième siècle, n’ont pu vivre avec leurs frères protestants et les ont chassés du royaume, à nous fils des Goths, descendant de ceux qui ont fait une épouvantable destruction des Morisques et des Indiens de l’Amérique, à nous Espagnols du dix-neuvième siècle qui n’avons pas encore accordé sur notre terre inhospitalière un lieu de sépulture décent aux membres des confessions chrétiennes différentes de la nôtre, à nous Italiens de l’an de grâce 1855 qui mettons les gens au bagne parce qu’ils lisent la Bible protestante? Y a-t-il donc encore si longtemps que le séjour de la Norvège était interdit aux juifs, que l’Allemagne leur a reconnu certains droits, que l’Angleterre a émancipé les catholiques, que l’empereur Nicolas les persécutait à outrance, que la Grèce du roi Othon faisait mille difficultés pour admettre chez elle un ablissement de soeurs de la Charité? Continue reading