Al-Ghazālī, Réfutation de la divinité de Jésus par l’expression de l’Evangile, v. 1090 n-è

Les chrétiens en cela s’appuient aveuglément sur la seule tradition et retiennent, avec bec et ongles, le sens littéral adopté par les Anciens, sans que nul parmi ceux d’aujourd’hui, à cause de leur incapacité, n’entreprenne d’en expliquer les points difficiles. Ils s’imaginent que c’est cela même la Loi révélée établie pour eux par ‘Īsā. Ils justifient leur adhésion par l’autorité de textes considérés par eux comme contraignants pour l’esprit, comme se refusant à toute interprétation symbolique, et qu’il n’est pas aisé de détourner de leur sens littéral. […] Tout au contraire, il s’est formé, dès l’enfance, dans l’esprit de ces personnes, certaines représentations qui ont fini par passer, l’ignorance se prolongeant, à l’état d’habitude acquise. Cette catégorie est difficile à guérir de son mal.
Si ces malheureux consultaient leur raison et cessaient d’être menés par la passion (al-Hawâ) et le fanatisme (at-Ta’çib), ils s’apercevraient qu’ils se sont écartés du droit chemin et qu’ils ont abandonné les voies de la Vérité, et ce, pour diverses raisons
Continue reading

Flavius Josephe, Les “terroristes” au couteau : les Sicaires sous Néron : Guerre des Juifs, II, 13, 3-4, v. 80 n-è

Quand il eut ainsi purgé la contrée, une autre espèce de brigands surgit dans Jérusalem : c’étaient ceux qu’on appelait sicaires  parce qu’ils assassinaient en plein jour au milieu même de la ville. Ils se mêlaient surtout à la foule dans les fêtes, … Continue reading

Athanase de Balad, Patriarche jacobite, (titre de Jacques d’Edesse ?) Interdit de partager les viandes et de se marier avec les “Païens”, v. 685 n-è

Lettre du bienheureux patriarche Athanase : qu’aucun chrétien ne doit manger men dabḥē d-mahgrōyē (des victimes des Muhājirīn) ceux qui dominent maintenant (halīn d-hašō Āḥīdīn) 166. — Aux excellents et pieux fils spirituels et aimés les chorévêques et les visiteurs fidèles qui … Continue reading

Chronique de Siirt, 96-111 (v. 635-650), Muhammad, Heraclius, Isho'-Yahb II et Umar, l'église nestorienne sous l'Islam, v. 870 n-è

96. HISTOIRE DE RABBAN SABR–IŠÔ‘, FONDATEURDU COUVENT DE BEYT QÔQĀ   A cette époque appartient Mar Sabr-Īšō‘, cet homme vertueux, disciple de saint Īšō‘ Barnōn gouverneur de Mossoul, que Ḫosrō, fils de Hormizd, mit à mort à cause de sa foi … Continue reading

Chronique de Se’ert, II, 69-86, (v. 600-v. 620), Khosrow, Phocas et Heraclius, la chute de Hîra et des nestoriens, v. 870 n-è

69. HISTOIRE DU MÉDECIN GABRIEL ET DE SAINT MAR Sabr-Īšō‘ LE CATHOLICOS, QUE SES PRIÈRES NOUS CONSERVENT   Ce Gabriel était premier médecin du roi, on l’appelait aussi Gabriel le Sinjarī. Mar Sabr-Īšō‘ ` l’ayant excommunié pour avoir pris une … Continue reading

Chronique de Siirt, II, 37-57 (579-591), Hormizd et Tibère II, rapprochement entre nestoriens et chalcédoniens, v. 870 n-è

37. – HISTOIRE DE HORMIZDAD   Ḫosrō Anoširwan mourut après un règne de 47 ans. Hormizdad,qui succéda dans l’empire persan, se montra très favorable aux chrétiens. Les mazdéens, ne pouvant supporter cela, s’en plaignirent. Le roi, pour leur faire comprendre … Continue reading

Al-Mawardî, Al-Ahkâm as-Sultaniyya, IV : Emirat du Jihad, v. 1050 n-è

Quant à une garantie particulière de sécurité, elle peut être accordée par tout Muslim, homme ou femme, libre ou esclave _ à cause de la parole du Prophète : « Le sang de chaque Muslim est d’égale valeur, et ils sont comme une seule main sur les non-Muslims et le moindre des Muslims peut étendre sa protection aux non-Muslims ! » Continue reading