Tabarî, XI, (Sayf b. 'Umar) Khâlid puis al-Muthannâ à l'assaut de l'Euphrate moyen, 13/634, v. 780 et 910

I, 53-5 : ‘Ayn Tamr (2062-4) (H-12) (Sayf)

As-Sarî=>Shu‘ayb=>Sayf (m. 696)=>Muhammad, TalHa, al-Muhallab et Ziyâd :

Lorsque Khâlid en eut finit avec al-Anbâr, l’ayant complètement placé sous son contrôle, il laissa az-Zibriqân b. Badr [al-‘Awfî du clan Sa‘d des Tamîm, collecteur de Cadaqa pour le prophète des Tamîm et certains Ribâb, il resta bédouin, dans la région de Baçra] comme son lieutenant en charge. Khâlid se dirigea alors vers ‘Ayn at-Tamr où, à cette époque, se trouvait Mihrân b. Bahrâm [VI] Chûbîn [Bahram VI se rebella contre Khosrow Parwiz en 591 et fut exécuté, peut être uen invention de Sa‘d] avec une grande force de persans et ‘Aqqa b. Abî ‘Aqqa [Qays an-Namirî] avec une grosse force d’Arabes des Namir, Taghlib et Iyâd, et ceux qui les avaient ralliés.

Lorsqu’ils entendirent parler de Khâlid, ‘Aqqa déclara à Mihrân :

« Les Arabes savent mieux affronter les Arabes ; c’est pourquoi tu dois nous laisser Khâlid ! »

Mihrân répondit :

« Tu as dit la vérité ; sur ma vie, tu connais vraiment mieux le coombat contre les Arabes, comme tu es notre égal pour combattre les Persans ! »

Ce sur quoi il dupa ‘Aqqa et l’utilisa comme défense. Mihrân déclara alors :

« Ils sont là pour toi ! Si tu as besoin de nous, nous t’aiderons ! »

Lorsque ‘Aqqa était sortis contre Khâlid, les Persans demandèrent à Mihrân :

« Qu’est-ce qui te fait dire ces paroles à ce chien ? »

Mihrân répondit :

« Laisse moi faire, car je ne recherche que ce qui est meilleur pour toi et pire pour eux. Ils sont venus contre toi ceux qui ont éxécuté tes rois et dérouté tes troupes d’élite. Si nos arabes battent Khâlid, c’est notre victoire ; si c’est l’inverse, tu ne seras pas atteints par eux avant qu’ils soient épuisés ; nous les affronteront alors étant forts, et eux affaiblis ! »

Sur ce, ils admirent l’excellent de cet avis.

Ainsi, Mihrân resta collé à ‘Ayn tandis que ‘Aqqa affrontait Khâlid sur la route, Bujayr b. X [b. ‘Abd b. ‘Alqama, grand père de Umm Habîb as-Sahbâ’, épouse de ‘Alî] était en charge de son aile droite, un des Banû ‘Utba b. Sa‘d b. Zuhayr [Taghlib], à sa gauche il y avait al-Hudhayl b. ‘Imrân [Taghlibî, placé par al-Kalbî comme général de Sajâh]. Entre ‘Aqqa et Mihrân il y avait une demi journée ; Mihrân était dans la forteresse avec les troupes mobiles de perse, tandis que ‘Aqqa était sur la route de al-karkh, en position défenseive.

Khâlid vint sur lui tandis qu’il plaçait ses troupes en formation de bataille. Khâlid acheva de préparer ses troupes pour la bataille et déclara à ses deux ailes : « Retenez-nous ce qu’a l’ennemi, car je vais charger ! »

Il assigna personnellement les forces de couverture et chargea alors, tandis que ‘Aqqa arrangeait ses lignes ; Khâlid l’engagea en combat rapproché et le captura, la ligne de Aqqa fut défaite sans combat, mes Muslims les capturèrent en nombre, Bujayr et al-Hudhayl s’enfuirent avec les Muslims à leurs trousses. Lorsque Mihrân en fut informé, il s’enfuit avec ses troupes et abandonna la forteresse. Lorsque les restes défaits des forces de ‘Aqqa, arabes et persans, atteignirent la forteresse, ils s’y précipitèrent et s’y réfugièrent.

Khâlid approcha avec les troupes Muslims pour assiéger la forteresse. Il avait avec lui ‘Aqqa comme captif et ‘Amr b. aç-Câ‘iq [Khuwaylid al-Kilâbî (Banû ‘Amîr, nord-arabes)].

L’ennemi espérait que Khâlid soit comme ces arabes qui razziaient, mais lorsqu’ils virent Khâlid s’obstiner, ils demandèrent un Sauf-Conduit. Mais Khâlid refusa qu’il ne soit à ses conditions, et ils acceptèrent. En ouvrant, Khâlid les remit aux Muslims qui els attachèrent. Khâlid ordonna que ‘Aqqa, qui avait été leur protecteur, soit décapité pour que les captifs désespèrent de la vie. Lorsque les captifs le virent jeté du haut du pont, ils deséspérèrent de la vie. Puis Khâlid demanda ‘Amr b. aç-Ca‘iq qui fut également décapité. Khâlid fit décapiter tous les hommes de la forteresse et prit possession de tout ce que leur forteresse contenait, saisissant comme butin ce qui s’y trouvait !

Khâlid trouva dans leur église 40 garçons qui étudiaient l’évangile derrière des portes ferés, ce qu’il interrompit en allant à eux ; il demanda : « Qu’êtes vous ? » Ils répondirent : « Des otages ! »

Il les partagea entre les Muslims qui avaient agi remarquablement durant la bataille ; y compris Abû Ziyâd, mawlâ des Thaqîf, Nuçayr, le père de Mûsâ b. Nuçayr, Abû ‘Amra, le grand père de ‘Abd Allah b. ‘Abd al-A‘lâ’ le poète [des Banû Murra b. Dhuhl b. Shaybân, grande famille médinoise], Sîrîn, le père de Muhammad b. Sîrîn [c’est sa mère chez Yaqût, il/elle vient de Jarjarâyâ chez Balâdhurî, qui en fait un visiteur à ‘Ayn Thamr c’est un Mawlâ des Ançar, traditionniste de Baçra], Hurayth et ‘Ulâtha.

[…]

XI, 62-7, Huçayd, Musayyakh, Rabi‘a b. Bujayr at-Taghlibi et la bataille d’Al-Firad (2069-74)

Al-Huçayd

Quand Qa‘qâ‘ vit que Zar-Mihr et Rûz-Bih ne faisaient aucun mouvement, il se mit en route pour Huçayd. Rûz-Bih était en charge des Arabes et des Persans par lesquels était passé Qa‘qâ‘. Lorsque Rûz-Bih vit que Qa‘qâ‘ avait l’intention de l’attaquer, il cherche des rendors auprès de Zar-Mihr qui vint à son secours en personne, laissant al-Mahbûdhân (?) à la charge de ses troupes. Les deux groupes se rencontrèrent à Huçayd et combattirent. Dieu extermina les perses en grand nombre. Qa‘qâ‘ tua Zar-Mihr et Rûz-Bih fut aussi tué.

‘Içma b. ‘Abd Allah, un des Banû al-Hârith b. Tarîf des Banû Dabbah [Tamîm, seul Sayf en parle] le tua. ‘Içma était un des Barara. Tout Fakhdh qui a « émigré » en totalité est appelé Barara, tandis que tout groupe qui a émigré hors de sa tribu (BaTn) est appelé Khiyara. Ainsi les Muslims étaient constitués de Khiyara et de Barara.

Au jour de Huçayd, les Muslims captuèrent un important butin. Les restes de Huçayd se replièrent sur al-Khanâfis et s’y retranchèrent.

Al-Khanâfis

Abû Laylâ b. Fadakî sortit avec ceux qui étaient déjà avec lui et ceux qui l’avaient rejoints pour al-Khanâfis, les restes défaits de Huçayd s’étaient retirés à Mahbûdhân ; lorsque Mahbûdhân perçut cela, lui et les autres s’enfuirent à al-Muçayyakh ou était al-Hudhayl b. ‘Imrân. Abû Laylâ ne recontra nulle affrontement à Khanâfis. Ils envoyèrent les nouvelles à Khâlid ensemble.

Al-Muçayyakh des Banû al-Barshâ’ [Shaybân, Dhuhl et Qays b. Tha ‘alaba b. Bakr]

Lorsque Khâlid apprit la nouvelle de la défaite des forces à Huçayd et de leur fuite à Khanâfis, il écrivit à ses propres forces désignant à Qa‘qâ‘, Abû Laylâ, A‘bad [son frère ?] et ‘Urwa une nuit et une heure à laquelle ils devaient se retrouver à al-Muçayyakh, qui est entre Hawrân [25 km de Alûs sur l’Euphrate] et al-Qalt [45 km a SO de Hît]. Khâlid partit de ‘Ayn, vers Muçayyakh à dos de chameaux, évitant les chevaux. Il fit étape à Janâb, al-Baradân et al-Hinî, d’où il partit ensuite. A l’heure venue du rendez-vous, ils se retrouvèrent tous à Muçayyakh. Puis, de trois directions différentes, ils attaquèrent al-Hudhayl, ceux qui l’accompagnaient et ceux qui s’étaient enfui chez lui, alors qu’ils dormaient, et ils les tuèrent, cependant al-Hudhayl s’échappa avec quelques hommes. Le sol était rempli du massacre et les Muslims ne pouvaient le comparer qu’à des moutons abattus. Hurqûç b. an-Nu‘mân [an-Namirî ou al-Bahrânî] avait donné aux non-muslims de sincères avis et d’excellents conseils, mais ils n’avaient pas profité de son avertissement, Hurqûç b. an-Nu‘mân déclara avant l’attque : « Est-ce que deux d’entre eux ne me donneraient pas à boire avant les chevaux d’Abû Bakr ? », etc… Hurqûç était marrié à une femme des Banû Hilâl, appelée Umm Taghlib. Elle fut tuée cette nuit là ainsi que ‘Ubâda b. Bishr, Imru-l-Qays b. Bishr et Qays b. Bishr, qui sont les Banû ath-Thawriyya (?) des Banû Hilâl.

Le jour d’Al-Muçayyakh, Jarîr b. ‘Abd Allah (al-Bajarî) tua, parmi les Namir, ‘Abd al-‘Uzza b. Abî Ruhm b. Qirwâsh (Qawqân ?), un des Aws Manâ des Namir, qui, ainsi que Labîd b. Jarîr, (/b. ‘Utba) avait un document écrit de Abû Bakr attestant leur Soumission/Conversion. Le traitement de ‘Abd al’Uzza la nuit de l’attaque atteignit Abû Bakr qui l’avait nommé ‘Abd Allah. Abû Balr déclara : « Gloire à toi, O Dieu, Seigneur de Muhammad ! » Il paya l’argent du sang pour ‘Abd Al-‘Uzzâ, comme il le paya pour Labîd, les deux ayant été tués dans la bataille. Il dit aussi : « Mais ceci ne m’est pas obligatoire s’ils joignent leurs forces contre les « Gens de la Guerre » ! » Il nomma aussi des tuteurs en charge de leurs enfants.

‘Umar retenait leur meurtre contre Khâlid, en plus de l’assassinat de Mâlik [un Tamîmî, pendant la Ridda]qui est Ibn Nuwayra, mais Abû Bakr dit : « Ceci ressemble à ce que ceux qui campent près d’une armée vont trouver dans leurs champs ! »

‘Abd al-‘Uzza avait dit :

« Je dis, lorsque le matin amène une attaque, gloire à Toi, O Dieu, le Seigneur de Muhammad ! »

« Gloire soit à mon Seigneur, pas de dieu sinon Lui, Seigneur des terres et Seigneurs des nouveaux arrivants ! »

As-Sarî=>Shu‘ayb=>Sayf=>’Atiyya=>‘Adî b. Hâtim

Nous attaquâmes le peuple d’Al-Muçayyakh, un homme apparu ici appelé par son nom Hurqûç b. an-Nu‘mân des Namir. Autour de lui il y avait ses fils et sa femme, au milieu se trouvait un cratère de vin qui les occupait. La famille dit à Hurqûç : « Qui boira à cette heure et durant les prochaines heures de la nuit ? » Il répondit : « Buvez une bonne fois pour toute, car je ne pense pas que vous boirez du vin de nouveau ! »

[…]

Khâlid prit les enfants comme captifs, envoya le Quint de Dieu à Abû Bakr avec an-Nu‘mân b. ‘Awf b. an-Nu‘mân ash-Shaybânî et partagea le butin et les captifs. ‘Alî b. Abî Tâlib acheta la fille de Rabî‘a b. Bujayr at-Taghlibî, il la prit, et elle lui engendra ‘Umar et Ruqayya.

Hudhayl, lorsqu’il s’échappa, trouva refuge à Az-Zumayl avec ‘Attâb b. X, qui était à al-Bishr avec une grande troupe. Khâlid les attaqua de nuit en une attaque comme la précédente, depuis trois directions. Ils avaient déjà entendu les nouvelles à propos de Rabî‘a ; ils furent tués en grand nombre, sans comparaison avec le nombre tué auparavant ; les Muslims leur prirent ce qu’ils voulaient. Khâlid avait fait le serment de s’adresser aux Taghlib dans leur propre patrie.

Khâlid partagea leurs dépouilles entre les hommes et envoya le Quint à Abû Bakr avec Aç-Cabbâh b. X al-Muzanî ; dans le Quint se trouvait la fille de Mu’dhîn an-Namirî, Laylâ bt. Khâlid et RayHâna bt al-Hudhayl b. Hubayra [fille d’un leader Taghlibî de la guerre de 610].

Puis Khâlid se tourna d’Al-Bishr vers ar-RuD-Âb [vers Ruçâfa] où se trouvait Hilâl b. ‘Aqqa [b. Qays an-Namirî, tué à ‘Ayn at-Tamr, voir p. 124], ses troupes l’avaient abandonnées en apprenant l’approche de Khâlid, et Hilâl se replia, ainsi Khâlid n’y eut aucun affrontement à rencontrer.

Al-FirâD

Puis, après RuD-Âb et son attaque surprise sur les Taghlib, Khâlid se dirigea vers al-FirâD. Al-FirâD est sur les frontières de Shâm, ‘Irâq et Jazîra. Il acheva le jeûne de RamaDân durant ce voyage, durant lequel attaques et batailles furent continuelles, l’une après l’autre, les poètes Rajaz en parlent souvent, connectées à quelques batailles qui avait eu lieu auparavant.

As-Sarî=>Shu‘ayb=>Sayf=>Muhammad, TalHa, ‘Amr b. Muhammad des Banû Sa‘d, Zafar b. Dahî et al-Muhallab b. ‘Uqba

Lorsque les Muslims vinrent ensemble à Al-FirâD, les Rûms s’échauffèrent et s’ennervèrent et recherchèrent de l’aide des postes frontières perses voisins, qui s’étaient également échauffés et ennervés et recherchèrent le renfort de Taghlib, Iyâd et Namir. Ceux-là les rallièrent avec des renforts, puis en vinrent aux mains avec Khâlid, ainsi, lorsque l’Euphrate fut entre eux, ils dirent : « Soit tu traverse vers nous, soit nous traverserons vers toi ! »

Khâlid leur répondit : « Traversez plutôt vers nous ! » ; ils dirent : « Alors, recule, afin que nous puissions traverser ! ». Khâlid répondit : « Nous ne le ferons point, mais traversez à notre aval ! » Ceci eut lieu au milieu de Dhû-l-Qa‘da 12 (1/634).

XI, 109, H-13, Tabari rappelle l’anecodte de Rabî‘a b. Bujayr dans les hauts faits de Khâlid, 2109

Tabarî :

On a dit également que celui qui fut tué dans cette bataille était le fils de Khâlid b. Sa‘îd et que Khâlid fit retraite lorsque son fils fut tué, ainsi Abû Bakr envoya Khâlid b. al-Walîd comme Commandeur en Chef sur les Commandeurs qui étaient au Shâm ; qu’il rallia à ses troupes.

Khâlid partit de al-Hîra eu Rabî‘ II de l’an 13/634 avec 800 hommes. On dit aussi 500. Il laissa derrière lui en charge de cette province al-Muthannâ b. Hâritha. L’ennemi le recnontra à Sandawdâ’ [région de Ramadi], mais il les conquit et laissa derrière lui Ibn Harâm al-Ançârî [Sa‘d b. ‘Amr al-Khazrajî, un ‘alide]. Il rencontra également un rassemblement à al-Musayyakh et al-Huçayd mené par Rabî‘a b. Bujayr at-Taghlibî, et les défit, et prit des captifs et du butin. Il avança, entrant dans le désert depuis Qurâqi