Eugène Aubin, La guerre ritualisée au Maroc, 1903 n-è

Parfois, un groupe s’élançait en une fantasia subite, brandissait ses armes, puis marquait un court temps d’arrêt pour reprendre un peu d’espace en vue de cet exercice favori. C’était une débandade universelle, à laquelle le chérif couronné fournissait un point de ralliement, et il parait que cet aspect incohérent a été, de tous temps, revêtu par les expéditions des sultans du Maroc. Continue reading

Ismayl Urbain, L’Algérie Française. Indigènes et Immigrants (I) 1862

? Il est évident que ne pouvant ou ne voulant pas accepter toutes les charges de notre état social, ils ne doivent pas en recueillir tous les avantages. Autant par une sage circonspection de notre part qu’à cause de leur répugnance particulière, ils ne peuvent participer à l’égalité civile et politique réglée par nos lois. Notre droit est absolu ; on ne saurait en réclamer le bénéfice si l’on veut se retrancher dans certaines exceptions privilégiées.
Tant que les indigènes n’auront pas opéré une séparation radicale entre le spirituel et le temporel, tant que leur culte et leurs dogmes religieux seront en contradiction avec nos Codes, ils ne pourront être investis du titre de citoyens français. Il faut que le Koran devienne pour eux un livre purement religieux, sans action sur la législation civile. Ce progrès n’est pas impossible, D’autres peuples sont sortis de l’organisation théocratique et se sont rangés sous un gouvernement séculier, sans abdiquer leurs croyances.
Sous la réserve de ces observations, essayons de préciser la situation des indigènes. Ils sont régnicoles, avons-nous dit. A ce titre, ils ont droit à notre protection diplomatique lorsqu’ils voyagent hors de nos frontières. Ils ne sont plus les sujets de la Porte ottomane ; ils n’ont pas devant le droit public européen une autonomie propre. Nul ne peut s’interposer entre la France et eux ; ils n’ont rien à attendre du dehors ; la vie politique, le développement et l’avenir social leur viendront de nous seuls. La scission est nette avec leur passé, elle est irrévocable.
Si nous interrogeons leur position vis-à-vis de notre droit intérieur, ils nous apparaissent comme des clients, comme des sujets politiques, et non des sujets civils (si une pareille distinction est possible), comme des affranchis de la nationalité étrangère, auxquels un stage est imposé avant de devenir participants à la souveraineté française. Ils ont leur domicile parmi nous, mais les délais ne sont pas expirés pour qu’ils reçoivent la grande naturalisation.
Continue reading

Affaire d’Enos, Israélite algérien, interdit d’inscription au barreau, Arrêt de la Cour impériale d’Alger, 1862

« Considérant qu’en stipulant, pour les diverses fractions de la population indigène, le maintien de leur religion, de leurs propriétés, de leur commerce, de leur industrie, les hautes parties contractantes ont, par cela même, entendu que, tout en devenant Français, les différents membres de cette population ne seraient point admis à la jouissance des droits que confère la qualité de citoyen français” Continue reading

L. Br. de Boisgelin, Caractère des Maltais, 1806 n-è

Les mantes, qui recouvrent les femmes de la tête aux pieds, et ne laissent à découvert que le front et les yeux, différaient dans la partie supérieure et distinguaient les filles, des femmes mariée s: pour les ainées elle était coupée en rond, pour les autres elle se terminait en pointe. Mais dans la suite, les femmes en acquérant, avec une honnête liberté, les grâces que le désir de plaire multiplie, lorsqu’il est soutenu par l’espoir de profiter de ses succès, se sont débarrassées du vêtement énorme qui les gênait en les cachant, et sans renoncer à la couleur noire, la seule que, par modestie, elles pussent porter hors de chez elles, ni proscrire l’usage d’un voile que la décence exigeait encore, elles se sont composé un habillement qui laisse admirer à la fois la délicatesse des traits du visage, des yeux vifs et superbes Continue reading

Pétition de “Certains Maures Libres”, sujets marocains, Caroline du Sud, 1790 n-è

-Que vos Requérants il y a de cela quelques années eurent l’infortune, tandis qu’ils combattaient pour la défense de leur pays, d’être capturés avec leurs femmes et faits prisonniers de guerre par l’un des rois de l’Afrique.
-Qu’un certain capitaine Clark les avait fait se livrer à lui sur la promesse qu’ils seraient rachetées par l’ambassadeur de l’Empereur de Maroc résidant alors en Angleterre, afin qu’ils soient rendus à leur propre pays.
-Au lieu de cela il les convoya en cet Etat, et les vendit comme esclaves.
-Depuis cette époque, ils ont par la plus grande des industries été en mesure de racheter leur liberté à leurs maîtres respectifs
-Et maintenant ils prient votre Honorable Chambre, qu’en tant que libres sujets d’un Prince à présent en Alliance avec ces États-Unis ; qu’ils ne soient point considérés comme soumis à une Loi de cet Etat (actuellement en vigueur) appelée la loi nègre. Continue reading

Faris Shidyaq, Tyrannie de la mode et répulsion des couleurs chez les européens, 1868 n-è

D’autre part, leur pratique de l’évolution des modes est rentable pour les commerçants, mais dangereux pour le public, car elle entraîne des frais récurrents inutiles. Ces changements commencent à Paris, puis des représentations sont imprimées sur des feuilles de papier et envoyées dans tous les pays. Telle est la voie de l’être humain : quand il répudie un vice, ce n’est que pour se tourner vers un autre. C’est ainsi que lorsque les Francs se sont détournés de vêtements brodés et de brocart, les jugeant l’apanage des jeunes garçons, ils ont acquis un penchant pour les changements de forme. Continue reading

Elisée Reclus, IV, 10, Expansion et reflux de l'Islam contemporain, 1905 n-è

Pourquoi des centaines de millions de mahométans qui sont eu contact avec la civilisation européenne lui restent ils refractaires, même hostiles ? [...] Les maîtres en civilisation se présentent réellement en supérieurs, se disant et se croyant tels : leur attitude est blessante, et par conséquent elle est repoussée avec une politesse apparente ou une indifférence feinte, mais avec une réelle indignation. Ce sont précisément ceux qui se proclament les instituteurs par excellence, c’est-à-dire les missionnaires, les religieux, les maîtres d’école, appartenant à telle ou telle confession chrétienne, ce sont ceux là que les musulmans voient venir tout d’abord au-devant d’eux ! Continue reading

Élisée Reclus, L’Homme et la Terre, III, 20, Le Maroc entre France, Espagne et Royaume-Uni, 1905 n-è

Pour excuser d’avance, soit l’annexion du Maroc par l’un des Etats européens, soit le partage de la contrée, on se plaît à comparer cet empire à la Turquie en le qualifiant aussi d’ « homme malade » ; mais cette plaisanterie n’est pas justifiée : aucune population opprimée n’y réclame l’intervention étrangère et, si l’on fait abstraction des commerçants juifs, il n’y a entre les tribus ni animosité de race, ni haine de religion ; le Maroc n’a que faire de tous ces médecins qui l’entourent, lui offrant à l’envi des remèdes et des préservatifs. Continue reading

De Ségonzac, ORGANISATION POLITIQUE du Bled Siba, 1905 n-è

Bientôt le Maroc ne sera plus qu’une mosaïque de groupements élémentaires, de qbila, ayant chacune leur autonomie politique et religieuse. Cette révolution, que des observateurs mal avertis appellent l’anarchie marocaine, n’est en somme que la tendance atavique de la race Berbère à revenir à son organisation ancestrale, au régime démocratique. Continue reading

Ernest Renan, De la part des peuples sémitiques dans l’histoire de la civilisation, 1862

En reproduisant ce discours, c’est un devoir pour moi d’exprimer ma reconnaissance aux auditeurs bienveillants et éclairés qui m’ont aidé à le prononcer. Avec beaucoup de tact, ils ont compris que c’était ici une question de liberté. Interrompre un ouvrage … Continue reading

Ernest Renan, L’islamisme et la science, 1883

Mesdames et Messieurs, J’ai déjà tant de fois fait l’épreuve de l’attention bienveillante de cet auditoire que j’ai osé choisir, pour le traiter aujourd’hui devant vous, un sujet des plus subtils, rempli de ces distinctions délicates où il faut entrer … Continue reading

Edouard Drumont, La France Juive, ch. IV : le décret Crémieux et les juifs algériens, 1886

LIVRE QUATRIEME  : CREMIEUX ET L’ALLIANCE ISRAELITE UNIVERSELLE « L’Alliance n’est pas une Alliance française, allemande ou anglaise, elle est Juive, elle est universelle, voilà pourquoi elle marche, voilà pourquoi elle réussit. » Crémieux.  Ce qui est captation et démence sénile chez … Continue reading

William Lemprières, Récit d’un médecin à la cour de Sidi Muhammad b. Abdallah, 1789 : Tanger

Personne n’ignore que la ville et le fort de Tanger faisaient autrefois partie des possessions étrangères de la Grande-Bretagne. La ville était bien fortifiée, lorsqu’elle appartenait aux Anglais ; mais quand ils l’abandonnèrent sous le règne de Charles II, ils … Continue reading