Ḥannā Diyāb, Chypre ottomane : syro-maronites, grecs et catholiques… et les porcs, 1707, 1766 n-è

Ils répètent constamment : « Mieux vaut être Musulmān que Rūmān ». Il n’y a pas une seule famille qui ne compte un ou deux musulmans, parfois trois, car ils marient leurs filles à des janissaires afin de bénéficier de la protection des gouvernants et des puissants. Ils n’ont ni honneur ni religion ! » Continue reading

Code assyrien, I, 39-40, Le voile et les femmes, XII° s. av. n-è

-Durant la journée, lorsqu’elle va sur la grand rue (Ina Ribeti), elle doit être voilée (tuptaçān).
-La femme captive, qui, sans sa maîtresse, [de sa maison] (bēlit bīti) va sur la grand rue, doit être voilée.
-La hiérodule (Qadishtu) qu’un homme a pris en mariage (šā mutu ykhzušini) doit être voilée sur la grand rue.
-Celle qui n’est point mariée doit avoir la tête découverte sur la grand rue.
-La [femme] impure doit être voilée,
-La prostituée (KAR-LIL = kharimtu) ne doit point être voilée Continue reading