Réponse de Hayya Ga'ôn, président de l'Académie de Babylone, à propos de vin touché par des Musulmans, v. 1000 n-è

Premièrement, vous devez savoir que si ces Gentils dont vous vous préoccupez sont de la Religion des Išmā‘ēlites, le principe de leur religion est la prohibition du vin, il est détesté, et maudit pour quiconque en boit. Par conséquent, il est bien supprimé de leur rite, ils le voient comme une offense. Il en résulte que le sujet n’est pas aussi grave et qu’il n’est nulle crainte qu’ils l’aient transformé en libation.

Lorsque notre Maître, Rab Yehūday (m. 761 n-è), fut interrogé, il n’objecta ni ne permit, car nombre d’entre eux étaient des Mazdéens qui, à cette époque, se convertirent à la religion de ces Išmā‘ēlites […] ainsi leur cœur n’était point encore purifié du Mazdéisme, qui faisait libation du vin ; et même une seconde génération et une troisième furent relâchés, et une partie de leur religion originelle est restée encore en eux. Ainsi, il y avait préoccupation à propos de leur contact, car il serait fait libation. A travers les générations, aucune trace n’en est resté en eux et quiconque on trouve en train de boire du vin est vu comme un offenseur !

[…]