Al-Balâdhurî, Ansâb al-Ashrâf, Salmân le Perse au monastère, v. 870 n-è

Ils ont dit :

Salmān était d’origine persanne d’Iṣṭaḫr jusqu’à ce que son père descende à Rām-Hurmuz dans le Kūr d’al-Ahwāz et il était Majūsī (Mazdéen) ; et le peuple dit que Salmān était des Gens d’Ispahān, mais ceci n’est pas prouvé. Salmān a rapporté que son père était Dihqān de son Qarīn ( ?? Qariya ?) et il survint un changement entre lui et la sortie (wa kāna yuḥawil baynahu wa bayn al-ḫurūj) et l’affection de préservée qui était en lui (wa-l-taṣarruf ṣiyāna lahu) et qu’il l’envoya une fois pour une affaire à lui :

« J’entrai dans une église de chrétiens et leur lecture et leur prière m’émerveillèrent et je questionnai l’un d’entre eux sur leur Dīn, il me rapportèrent agirent selon le Christ (…) et ce qui était sa volonté et la volonté des Prophètes avant lui. Je déclarai :

-Ceci est meilleur que mon Dīn et ressemble à la Vérité ! »

Et on dit qu’il déclara :

« J’étais un pauvre orphelin et j’étais surnommé (ṣuḥibt) Ibn Dihqān Rām-Hurmuz »

Et il monta la montagne et se fixa parmi les Moines dans le Ṣawm‘a (laure) il le questionna et lui rapporta :

« Et je questionnai les moines à propos de leur Dīn, et ils m’en informèrent et je fus émerveillé, et je dis : ‘Ceci est meilleur que mon Dīn’. Alors, je suivit le Dīn du christiannisme et je questionnai la source (ma‘din) de leur Dīn, et on dit que c’est le Šām.

On m’apprêta une caravane qui se rendait au Šām et je les accomagnai jusqu’à atteindre le Šām et je fus baptisé dans une église et y entrai, et je confirmai mon christianisme avec l’évêque et je le servais jusqu’à sa mort.

Et un autre Makān s’éleva qui était chaste et continent, et je le servit, et quant il fut sur le point de mourir, je lui dis :

‘Prescris-moi !

-Rends-toi à Ninive sur la Terre de Mossoul, il s’y trouve un homme qui dit ce que je dis !’

Je m’y rendit et restai avec lui jusqu’à ce que l’approche le décès, je lui dis :

‘Prescris-moi à qui je puis me rallier après toi !

-Il y a à Nisibe un homme qui dit ce que je dis !’

Je m’y rendis et m’y tenais jusqu’à ce qu’il soit sur le point de mourir, et je lui dis :

‘Prescris-moi à qui je puis me rallier après toi !

-Il y a à ‘Amūriya un homme de mon Dīn !’

Je m’y rendis.

Et il mentionnait la mission de l’Apôtre de Dieu (…), et lorsqu’il fut sur le point de mourir, je lui dis :

‘Prescris-moi ce que je dois faire !

-Un prophète qui a été missionné en Terre des ‘Arab des enfants d’Ismaël b. Abraham a ombragé le temps, son enfantement et son gouvernement (qarār) sont entre les palmiers (Naḫal), le sceau de la prophétie entre ses épaules, son peuple (ahlahu) l’accable et le reprousse pour qu’il sorte de chez eux, à d’autres qu’il mange l’offrande et qu’il ne mange point la Ṣadāqa’.

Et lorsqu’il mourut, je trouvai un Qawm de Kalb chrétiens qui se rendaient à Wādī al-Qurā et je leur donnai ce qui était avec moi jusqu’à ce qu’ils me fassent sortir vers Wādī al-Qurā et ils voyagèrent avec moi et avec mon aide, un homme juif appelé Yūša‘ (Josuée). Puis le juif me recommanda à un homme des Banū Qurayẓa qui entrait à Wādī Qurā en commerçant. Le Quraẓī se rendit avec moi à Al-Madīna, et je le questionnai au sujet du Prophète (…) et je fus informé de son information et des divisions de son Qawm je me réunis à lui avec un RṬB et rien d’autre et me rendis auprès de lui et il était à BQĀ’, et je déclarai :

‘Voici ma Ṣadaqa !’

Il appela alors un Qawm de ses Compagnons qui le mangèrent et il n’en mangea point ; et dit :

‘Je dois manger la Ṣadaqa !’

Je lui en donnai un peu et dis :

‘Ceci est un cadeau !’

Et il me l’accepta ; je me retournai alors et regardai vers le sceau/anneau qui était mon compagnon et il m’appela entre ses épaules et il m’embrassa et m’interrogea et je lui racontai mon histoire, et il inscrivit pour mon compagnon Quraẓī 160 Fasīla et 40 onces d’or et je me rendis auprès du Prophète (…) et Sa‘d b. ‘Ubāda me dota de 60 palmiers et les Anṣār me dotèrent des 100 restant ; et le Prophète donna de l’or des mines des Banū Sulaym et il m’en donna un peu de son Istiqlla ??.

Et je déclarai : « Il n’atteint pas 40 Onces ! »

Et il le mit dans sa bouche et déclara :

« Paie le à ton ami (adfa‘hu ilā) et pèse, si alors il est exactement comme je veux ! »

Salmān disait :

« Je suis Salmān fils d’al-Islām ! »

Et ‘Umar b. Bukayr m’a raconté de al-Hayṯam b. ‘Adī de ??? b. Sa‘īd :

Al-Ša‘bī a demandé :

‘Est-ce que Salmān faisait parti des Mawālī de l’Apôtre de Dieu ?

-Oui, le meilleur d’entre eux ! Il était Mukātib et il l’a racheté et affranchi !’

Et ils disent :

Salmān fut témoin d’al-Ḫandaq, et ne s’absenta jamais à aucun Ġazā(t) des Ġazawāt de l’Apôtre de Dieu ! Il ets mort à al-Madā’in sous le califat de ‘Uṯmān et on lui donnait comme Kuniyā Abū ‘Abd Allah.